Actions citoyennes et solidaires

5 astuces simples pour rester solidaire avec les personnes sans-abri

Photo : Tom Parsons

Indifférence. Culpabilité. Tristesse. Méfiance. Ces sentiments qui nous traversent à la vue d'une personne sans-abri ne doivent plus être une fatalité. Grâce à quelques astuces simples, nous pouvons transformer ce moment de malaise en une rencontre solidaire et positive.

Ce sont nos voisins et voisines de la rue.  On les voit tous les jours sans vraiment savoir comment créer des liens. Nous avons rencontré les responsables du programme ré-action mis en place par l'association makesense pour vous livrer quelques pistes d'action.

Usman Ishaq, directeur adjoint de l'association La Chorba, nous donne quelques conseils pour que la connivence remplace l’indifférence.

  • Se mettre en condition

Parler à une personne inconnue - qu’elle soit sans-abri ou non - demande un certain état d’esprit. Tout le monde n’est pas familier avec cela. Il faut se sentir disponible, à l’écoute, en avoir envie et quand on sent que c’est le moment, se lancer.

  • Commencer simplement

Les personnes de la rue sont avant tout des personnes, restez simple et utilisez les mêmes codes qu’avec votre boulangère. Commencez par dire bonjour pour casser la vitre de l’inconnu.

Souriez aussi. Ça peut paraître un peu naïf comme conseil mais on sous-estime le poids d’un sourire. Les personnes sans-abri n’en reçoivent pas toute la journée, loin de là.

  • Trouver un prétexte à la discussion

Vous avez réussi à créer un premier contact en saluant la personne tous les jours. Observez son environnement pour pousser plus loin la relation. Demandez-lui de vous rendre un service : vous donner l’heure, vous indiquer le métro… Repérez ce qu’elle a autour d’elle et servez-vous en comme un prétexte pour poursuivre la discussion : posez-lui des questions sur le livre à côté d’elle, sur son chien, son instrument de musique… Prévoyez un peu de temps, ne soyez pas pressé.e.

Terminez par vous présenter et par demander à la personne son prénom. Le lendemain, vous pourrez lui dire bonjour Martin ou Françoise, ça change tout !

  • Recueillir les besoins

Acheter un sandwich à une personne qui n’a pas faim, apporter un manteau à quelqu’un.e qui n’a pas froid, on peut parfois penser bien faire et tomber à côté de la plaque. La chose la plus simple est de poser la question : de quoi avez-vous besoin ? qu’est-ce qui vous ferait plaisir ? Vous pourrez tantôt y répondre quand il s’agit d’un peu de monnaie ou de quelque chose à manger, tantôt l’aiguiller sur des services portés par des professionnels.

Le soliguide est une mine ! Il rassemble tous les services, initiatives et ressources géo-localisées pour les personnes en difficulté. Consultez-le avec la personne sans-abri pour bien l’aiguiller.

  • Ne pas culpabiliser

Une personne qui est à la rue doit affronter beaucoup de choses difficiles que vous ne pourrez pas toutes régler. Il existe des professionnels pour cela. Aussi, ne culpabilisez pas de ne pas donner 2 euros tous les jours, de ne pas inviter la personne à venir dormir chez vous…

Ne promettez jamais quelque chose que vous n’êtes pas sûr.e de tenir au risque de casser les liens de confiance que vous aurez établis mais réjouissez-vous de ce que vous apportez déjà, à votre échelle. Ne demandez pas la lune, vos petites actions quotidiennes sont déjà de vrais rayons de soleil !

Nous sommes allé.e.s à la rencontre de ces voisin.e.s qui ont mis en place des actions concrètes pour récolter des kits d'hygiène pour les plus démunis pendant le confinement. Ils/elles ont fait appel à la solidarité des membres de mesvoisins.fr et leur appel n'est pas resté sans réponse. Voici leurs témoignages : 

À la rencontre des voisins de la rue. (Photos : unsplash)

Pendant le confinement j'ai été touchée par les différentes initiatives de solidarité. J'ai décidé de mettre à profit mon temps disponible et de me mobiliser.

Maribelle de Maison-Alfort : « Pendant le confinement j'ai été touchée par les différentes initiatives de solidarité que j'ai vu fleurir sur les réseaux sociaux, notamment par rapport aux personnes sans domicile, particulièrement isolées pendant cette période. J'ai décidé de mettre à profit mon temps disponible et de me mobiliser. J'ai donc participé au programme ré-action organisé par makesense. 

Pour collecter des kits d'hygiène, je me suis tournée vers mes voisins, vers les commerçants de mon quartier mais aussi, pour toucher plus de monde, via votre plateforme. Je ne suis pas la seule d'ailleurs car nous sommes plusieurs dizaines, (voire centaines ?) à organiser des collectes ainsi de façon locale auprès de nos voisins - et utiliser la plateforme mesvoisins.fr fait partie des astuces qu'on se partage entre participants !

Suite à l'annonce que j'ai posté sur la plateforme, plusieurs personnes du voisinage m'ont contactée et ont été ravies de participer, chacune à leur hauteur, c'était top ! J’ai donc pu faire parvenir cette belle collecte à plusieurs associations locales qui aident les personnes sans-abri ! Le lien est créé, avec les voisins, avec les associations, et je pense qu'à l'occasion je referai cela de temps en temps. »

« Plusieurs personnes du voisinage m'ont contactée. C'était top ! »

Il était important pour moi d’apprendre à communiquer avec ces personnes, d’apprendre à les connaître et connaître leurs besoins !

Lydie de Bordeaux : « Mon contrat s’est terminé pendant le confinement, donc j’avais non seulement l’envie mais aussi du temps à investir. 

J’ai cherché comment apporter mon aide et je suis tombée sur le site de makesense et le programme ré-action. Ce programme m’a permis de constituer des kits mais aussi de profiter de la pédagogie et de la sensibilisation autour des personnes sans-abri. Il était important pour moi d’apprendre à communiquer avec ces personnes, d’apprendre à les connaître et connaître leurs besoins !

Grâce à mon message sur mesvoisins.fr, les gens du quartier se sont bien impliqués. On a fait super attention à respecter les gestes barrières lors des échanges pour se protéger entre voisins et voisins de la rue ! »

« J'avais non seulement l'envie mais aussi du temps à investir »

Il faut s’accrocher à cette positivité, à la solidarité, on a encore ça et on ne nous l’enlèvera pas ! »

Sophie de Nantes : « J’ai été assez occupée pendant le confinement, entre le travail et mon enfant de un an à la maison, mais malgré tout je me sentais privilégiée. Je voulais sortir de ma zone de confort et notamment aider à soutenir le travail d’associations. Le confinement a été un moment particulier qui m’a poussée à passer à l’action. 

J’ai donc découvert ré-action. Le programme était incroyablement bien organisé. J’ai été très bien formée dans un groupe de bénévoles pendant une semaine. On avait des entretiens tous les jours pour guider nos actions.

Grâce à mes super voisins et à mon supermarché de quartier, j’ai pu donner plein de kits d’hygiène à l’association Etmadouche ? de Nantes ! C’est une asso qui circule à bord d’un camping-car aménagé où les personnes sans-abri peuvent se laver, se soigner, se faire couper les cheveux etc. Mettre un petit message sur mesvoisins.fr m’a permis de faciliter cette collecte.

Je crois profondément aux services entre particuliers, entre voisins. Il faut s’accrocher à cette positivité, à la solidarité, on a encore ça et on ne nous l’enlèvera pas ! »

« Malgré tout je me sentais privilégiée. Je voulais sortir de ma zone de confort. »

Cette solidarité, on ne nous l'enlèvera pas : et c'est aussi pour cela que donner ce qu'on peut à ceux/celles qui en ont besoin, cette humanité, cet héritage de notre démocratie, nous devons le pratiquer au quotidien ! Restons voisin.e.s, restons humain.e.s ! 


Y a t-il des bénévoles dans votre quartier ?

Se renseigner
Louise Thomas | mesvoisins.fr

Louise a fait de la solidarité sa priorité dans la vie. Son engagement et sa diplomatie font d’elle une bonne fée qui agit pour plus d’entraide et de bienveillance dans les quartiers. Diplômée de haute école et travailleuse efficace, elle met toute son énergie au service du lien social entre voisins. Au fond, elle est convaincue que la curiosité et le rapprochement avec les autres est la solution à tout !